YVES CHAUDOUËT
Les poissons des grandes profondeurs ont pied

Yves Chaudouët (F) est né à Neuilly-sur-Seine en 1959 et vit actuellement à Paris. Artiste multiple (peintures, photographies, monotypes, installations, performances poétiques…) il est également enseignant à l'École européenne supérieure de l'image à Angoulême. En 2005 et 2006, il a finalisé au Centre International d’Art Verrier (CIAV) de Meisenthal, un projet né d’un premier poisson-prototype réalisé dans un atelier verrier de Murano (I) en 2001 et exposé l’année suivante dans la Landesgalerie Oberösterreich à Linz (A), dans les Städtischen Kunstsammlungen – Chemnitz (D) et à la Librairie Florence Loewy à Paris.

De sa fascination pour la mer depuis son plus jeune âge (il la parcourait avec son père sur un Zodiac ou en plongée), est née un jour cette envie de (faire) vivre à la surface, la dérangeante démesure du monde des abysses. Dans le contexte local du Pays du Verre, la notion de « poisson en verre » renvoie à une imagerie bien précise : celle de ces poissons aux formes assez baroques réalisés traditionnellement par les verriers de la région lors des pauses (les bousillages). Même si les projets figuratifs provoquent assez souvent le renvoi automatique à ces références, une équipe mixte composée d’anciens verriers de la Cristallerie Lorraine de Lemberg et de verriers permanents du CIAV a été constituée pour répondre aux croquis d’Yves Chaudouët. De ce travail croisé est né un alphabet, une série de codes techniques, croisant verre soufflé, verre travaillé au chalumeau, verre argenté, qui ont été mobilisés pour la production finale de l’œuvre intitulée « les poissons des grandes profondeurs ont pied ». Suite à la résidence, le roman-polar « Inaliénable » co-édité par le CIAV et Actes Sud, documenté de nombreuses photos, inscrit l’œuvre dans une mythologie contemporaine entre macabres découvertes et prophétie éveillée.

L’installation « les poissons des grandes profondeurs ont pied » est constituée de plusieurs familles de créatures en verre (les tripodes, les étoiles de mer, les anguilles-miroir, les méduses et les affreux). Ils sont suspendus ou posés, certains sont sertis de leds qui les font phosphorer dans l’obscurité à laquelle ils sont soumis.
Le choix du verre pour la fabrication de ces êtres fragiles et inquiétants vient souligner l’esthétique froide et étrange de cette faune si éloignée de nous, et qui évolue dans les derniers territoires inexplorés de l’homme.

L’exposition complète a été montrée en automne 2006, à la Galerie de l’Ecole d’Art de Marseille. Par ailleurs certains objets ont été exposés en 2007 à la Librairie Mazarine à Paris et à la Fondation Francesco Messina de Milan.

L’œuvre est de retour depuis le 16 novembre 2007 dans la Halle Verrière de Meisenthal, cathédrale industrielle de 3200m². Une promenade onirique dans les grands fonds, au milieu de créatures luminescentes dont la magie s’intensifiera à mesure que baissera le jour. Plongée dans l’obscurité et la froideur hivernale, la Halle, immense, confrontera le visiteur à l’expérience d’un voyage dans les abysses, évocateurs du Vide et de l’Infini.
Après Daniel Buren, Jannis Kounellis et Panamarenko, la Halle Verrière dans sa sobre mais spectaculaire élégance, signe la rencontre de ses anciens équipements (2 fours et la tour de contrôle ont été préservés) avec un bel ensemble de réalisations contemporaines.


Durant le temps de l’exposition, « Lamplighter film » société parisienne de production de films tournera durant 10 nuits en décembre, des images de l’exposition dans le cadre du film « tryptique abyssal » qui sortira au printemps 2008 (programmations TV, possible sortie en salle, DVD).

Pour une visite dans des conditions optimales, nous vous conseillons de venir à partir de 16h, pour profiter au mieux de l'atmosphère abyssale créée par l'obscurité...

haut bas
  • 16.11.2007 / tous les jours de 15h à 18h30, sa...
    YVES CHAUDOUËT
    Les poissons des grandes profondeurs ont pied
  • "Affreux" (poisson en verre)
Abonnement newsletter